Subscribe via RSS

CINÉMA THÉÂTRE

By admin

BIENVENUE DANS MON MONDE DU CINÉMA ET DU THÉÂTRE!

BANDE ANNONCE DU SITE

DANS CETTE SECTION DU SITE:

  • extraits de pièces de théâtre
  • courts-métrages
  • long-métrage
  • bandes-annonces
  • SCRAM: la web-série

Aussi longtemps que je me souvienne, le jeu d’acteur à toujours fait parti de ma vie. Étant enfant unique, je me retrouvais quelques fois seul. Seul à m’inventer des histoires et à les mettre en scène en jouant tous les personnages et en me costumant pour emplifier le plaisir. Ayant grandit avec les dessins animés de Walt Disney, les classiques, j’aimais regarder les expressions et les jeux de voix des personnages. Nous savons à quel point ces personnages en dessins animés sont expressifs. C’est à cette époque que je fis mes premiers pas sur une scène de spectacle. C’était au Couvant Jésus-Marie, école de musique et de chant située à Lévis. Nous avons monté une comédie musicale mettant en vedette des personnages de Walt Disney. J’étais heureux comme un petit prince, je pourrais enfin jouer devant le public mes personnages favoris. Pour ma part, j’ai incarné mon méchant préféré, Jafar le grand sorcier du long-métrage à succès Aladdin. Voici d’ailleurs un extrait de cette comédie-muicale qui date déjà de 1994.

extraits tiré du spectacle

cliquez sur ce lien pour acceder à la vidéo d’extraits:jafar94.wmv

DÉCOUVREZ MES VIDÉOCLIPS DANS LA SECTION CHANT MUSIQUE

Par la suite j’ai découvert le monde fabuleux du 7e art, une piqûre dont je ressens encore les effets positifs aujourd’hui et que je ressentirai pour le reste de ma vie. C’est en découvrant le médium artistique du film, que j’ai réalisé que je n’étais pas le premier à vouloir jouer des personnages dignent des dessins animés. C’est alors qu’est apparu Marc Labrèche et sa Petite Vie de gérant de caisse, Robin Williams et sa Mme. Doubtfire, Jim Carrey, mon idole de jeunesse, avec son Mask, son Ace Ventura et son Sphinx. Le Jerry Lewis de la génération des enfants et des adolescents des années 90. C’est à cette même époque que je suis remonté sur scène dans une pièce de théâtre scolaire en 3e année du primaire. Une pièce présentée d’abord devant l’école, puis devant les parents. Une pièce pour célébrer la fin de l’année et l’arrivée de l’été et de ses vacances. C’est là que j’ai commencé à exercer mon côté scénariste. J’ai adoré contribuer à l’adaptation d’un roman de la série pour enfant J’aime lire. Vous ne pouvez imaginer comment j’ai eu du plaisir à faire rire le public. J’ai découvert à ce moment que j’avais un potenciel pour la comédie. De beaux souvenirs d’enfants. La pièce raconte l’histoire d’une bande de jeunes préparant la pièce de théâtre balnche-Neige, or celle qui joue le rôle de l’héroine est une africaine. Malaise! Les jeunes tentent donc de trouver un moyen de modifier l’histoire et l’adapter pour leur amie Mona. Voici quelques extraits de 1996, juste pour vous faire plaisir.

extraits tirés de la pièce

cliquez sur le lien pour acceder à la vidéo d’extraits: théâtre école Notre-Dame Lévis 1996

Je dois vous avouer que j’adorais faire des exposés oraux en classe. C’était, pour moi, le moment d’amuser mes camarades de classe. Malheureusement, je n’ai pas joué à nouveau au théâtre avant la fin de mon secondaire, favorisant le dessin, la bd et surtout le chant. Je vous en parlerai plus longuement dans la section chant et musique. Bref, pour compenser cette inaction de jeu , durant le passage du primaire au secondaire, j’ai réalisé et joué avec un bon ami à moi, Alexandre, plusieurs petits films avec la caméra familiale. C’est là que j’ai découvert le plaisir de la réalisation d’un film, aussi court soit-il. Pendant cinq ans, Alexandre et moi avons fait des comédies, des films d’horreur, de suspence, des publicités, des émissions de tv folles dingues etc. On s’est costumé, on s’est déplacé dans divers endroits pour faire nos films. On en a rit un bon coup et on a eu du plaisir comme c’est pas possible. Du vrai bonbon. Nos parents était notre public et notre juge. J’ai également fais quelques films avec des membres de ma famille, comme mes cousins et cousines par exemples. C’était super. Enfin je ne jouait plus mes histoires pour rien, je jouais pour la caméra et pour le produit final que celà donnerait en bout de ligne.

L’été précédant mon entrée au secondaire, ne sachant pas quel film louer au club vidéo, mon père m’emmena dans la section des comédies françaises. Qu’allait-il me proposer? Il prit un vieille cassette VHS sur la tablette du bas. Sur le dessus, se trouvait un vieil homme, ressemblant étrangement à mon grand-père italien Guelfo. Cet homme était vêtu d’un uniforme typique des gendarmes français et était entouré de quatre gendarmettes toutes de bleu vêtues. Mon père me dit que cet acteur était le préféré de son père dans les années 60 et 70. Je comprends aujourd’hui pourquoi. Mon grand-père paternel, Dorien, était petit et doté du même caractère que l’acteur. Il était vif, allumé et avait joué au théâtre. Lorque j’introduisis la cassette dans le lecteur vidéo, une nouvelle page de ma jeune vie s’écriva. Louis de Funès venait de débarquer avec ses valises bourrées de mimiques. En lui, je retrouvais les personnages de mes bd et de mes dessins animés favoris, le Jim Carrey et le Mr. Bean de mes films d’enfants. Il dansait et aimait la nature comme moi. J’étais comme lui dans son comportement. Poète à ses heures comme Roberto Benigni, qui fait rire avec des trésors de mimiques et de situations. Il y en a trop peu des comme lui au cinéma. C’est ça que j’aimerais ramener dans le 7e art. Je vois peut-être un peu gros et un peu loin, mais c’est ça rêver. Ironiquement, le dernier film de de Funès fût le premier que j’aie vu. J’ai ensuite découvert son oeuvre magistrale qui me suivra partout. Pour moi, il est une source énorme d’inspiration. Il est le meilleur de sa catégorie.

Puis, un jour je me suis inévitablement retrouvé en secondaire 4 comme tout adolescents voulant terminer son secondaire et atteindre à tout prix son diplôme. C’est à cette époque que j’avais le choix de choisir un cours optionnel à intégrer dans ma liste de cours. J’ai alors choisi celui qui m’interpelait le plus: théâtre-jeu. C’est alors que durant cette année là et la suivante, j’ai jouer à nouveau, pour mon plus grand plaisir, dans des pièces de théâtre à l’auditorium de la polyvalente de Lévis. J’ai découvert Les fridolinades de Gratien Gélinas et l’univers de Jean-Pierre Ronfard et de son Roi boîteux.

affiche de la pièce. Mon professeur Richard Lamontagne m’avait demandé de la dessiner. Il m’a d’ailleurs écrit un petit mot après la pièce sur l’affiche.

La troupe au grand complet après la représentation en juin 2005. Ces jeunes adolescents de fin du secondaire étaient fiers.

C’est entre le fin de mon secondaire et le début de mes cours au cégep en arts plastiques, que j’ai réalisé que je devais m’orienter vers le jeu d’acteur pour mes études supérieures. L’été précédent mon entrée au collège, j’ai été appelé à jouer dans la Troupe des Treize de l’Université Laval. Troupe qui a vu naître plusieurs acteurs et actrices québécoises. Mon professeur de théâtre du secondaire m’avait référé à la metteure en scène de la pièce, Le Voyage du couronnement de Michel-Marc Bouchard, qui cherchait un jeune pour un des rôle de la pièce. De mon côté, j’ai accepté ce contrat, afin de découvrir le théâtre professionnel. Je n’ai pas été dessus. Toutes les semaines, et trois fois plutôt qu’une, et ce, de juillet à octobre, la troupe d’acteurs, tous excellents et professionels, et moi-même avons répéter la pièce. Là, j’ai vu qu’il y avait beaucoup de travail derrière un projet comme celui-là. Du travail et des gens tous aussi pationnés les uns que les autres. En octobre 2005, je jouais quatre représentations devant une salle complète. Tout de suite après, j’ai eu d’autres offres et beaucoup de compliments, j’ai même été en nomination au gala des Treiz’or comme meilleure recure , mais j’ai dù décliner les projets qu’on me proposait, puisque je voulais me concentrer sur mes études. C’est tout de même à ce moment là, que j’ai eu cette étincelle qui m’a confirmé que je devrais poursuivre dans cette voie. J’ai donc laisser tombé les arts plastiques et médiatiques pour me diriger vers le programme de littérature, théâtre et technologies du cégep de Lévis-Lauzon. Avant de continuer, voici un extrait de la pièce Le Voyage du couronnement, joué en octobre 2005 à l’Université Laval et mise en scène par Ann-Sophie Archer.

l’affiche de la pièce

L’équipe du Voyage du couronnement de la Troupe des Treize

En entrant dans le programme de littérature, théâtre et technologies, l’année suivante, j’ai fait la connaissances de personnes passionnés comme moi. C’est durant ces deux années que j’ai appris à écrire des scénarios de manière professionnelle, à réaliser et à jouer dans des courts et longs métrages, à parler le language cinématographique etc. Bien loin de ce que j’avais pù réaliser avec ma famille et mes amis. Au secondaire j’avais adoré mon cours d’histoire et culture du cinéma. Ce programme collégial était donc comme une continuité, plus aprofondie, de ce cours secondaire.

En hiver 2007, dans mon cours d’art et scénarisation, après avoir joué dans des courts-métrages dont l’histoire nous était imposée…(suite plus bas)

COURT-MÉTRAGE MAUDIT FRANÇAIS! 2007

petit cours métrage réalisé par Angélique Roy dans le cadre d’un cours d’Art et scénarisation. À noter: le scénario était imposé par l’enseignant. Le but était de le mettre en scène. Met en vedette Jacynthe Sauvageau et Luca Jalbert . 2007

… j’ai écris le scénario d’un court-métrage de 6 minutes 30. Ce qui a représenté une énorme difficulté pour moi. Raconter une histoire avec une introduction, un évènement déclencheur, des péripéties et un dénouement, tout ça sans dépasser 6 minutes. Ça me semblait impossible, mais j’y suis arrivé. J’ai écris une bonne comédie typique des années 50 et 60 à la manière des comédies françaises de l’époque. Encore là, mon côté de Funès est ressorti. Ce fût un très beau succès devant le public. Les gens ont adoré et en ont redemandé. Voici le court-métrage en question. Il s’agit du film Les Indésirables.

Réalisé par : Angélique Roy http://www.xflyfilms.com
Scénario : Luca Jalbert collaboration avec Jacynthe Sauvageau et Angélique Roy
Production : Cégep de Lévis-Lauzon, X-FLY Films.com

Au secours! Les cousins sont là!
Résumé: Un couple dans les années 50, à Paris, reçoit de la visite inattendue de leurs cousins. Le mari tentera le tout pour le tout pour se défaire de leur présence.
Acteurs principaux : Luca Jalbert, Jacynthe Sauvageau, Samuel Carrier & Lorie Robitaille.


Les indésirables, hiver 2007

Voyant le succès de ce petit film, et durant la projection, j’ai commencé à imaginer que le personnage que j’incarnais, celui de Victor, pourrait vivre une grande aventure. Mais que faire comme histoire, sans me répéter? Sachant que je devrais réaliser un projet synthèse de mes études à la fin de l’année suivante, je me suis vite mis au boulot durant tout le mois de juin. Mon idée était faîte, je présenterais un long-métrage. Oui, c’est bien beau tout ça, mais quelle en serait l’histoire? Il me revînt en mémoire, que durant mon secondaire, j’avais fait un petit film avec une bonne amie à moi. L’histoire était celle d’un grand détective, gaffeur, tête enflée et lâche. L’anti-héros, comme savait si bien le faire Louis. J’adore ce style. J’aime ce genre de défaults qui rendent finalement attachant le personnage. Cela ressemblait à Victor des Indésirables. J’enlignais donc mon histoire vers une enquête à la James Bond. Je voulais également rendre, encore une fois hommage aux années 50-60, époque qui m’attire irrésistiblement, mais également à mon côté italien. Une comédie mélangeant et rendant hommage à plusieurs styles de films que j’ai adoré. Avec une petite morale à la fin. Les idées se sont misent à débouler sur le papier. Une bonne cinquantaine de pages se sont remplies et j’ai finalement écris un long-métrage de 1h30. Comme pour la bd, je m’amusais à écrire le scénario et à faire un petit story-board des scènes à filmer.

UN BEL SOGNO…Un beau rêve, 2008 1h27

synopsis:

Depuis quelques temps, un voleur de tableaux dérobe les divers musées du Québec. Cachant son identitée, il se moque de la police qui le poursuit. Désespérée, la détective Nicole Leblanc, appuyée par la Sûreté du Québec, se rend sur la Côte d’Azur demander l’aide du célèbre détective privé, franco-italien, Antonio Girasole. Celui-ci accepte l’invitation, malgré ses vacances qu’il doit écourter. Avec l’aide de Nicole et de son collègue William St-Pierre, Girasole tentera de démasquer le mystérieux bandit surnommé Mister Bubblegum. Girasole ne manquera pas d’imagination et d’énergie pour l’arrêter, quitte à trouver la réponse dans ses rêves.

Bon, tout était écris à la fin juin, restait maintenant à le tourner ce film et surtout à trouver mes acteurs. J’ai été chercher mes compagnons de classe, des amis et de la famille. J’ai fais comme un gros “best-of”. C’était en quelque sorte mon album de finissants du cégep. J’ai demandé à mon ami Alexandre, avec qui j’avais fait pleins de films plus jeunes, de participer à mon long métrage. Bien loin de ce que l’on avait déjà fait. Il a accepté tout de suite. Ça a été génial comme tournage. on a tous rit, on s’est amusé, on a dansé, chanté etc. Je me souviendrai de ces beaux moments longtemps. Merci à vous tous chers amis!

J’ai donc tourné le film avec ma petite caméra vidéo, en juillet-août-septembre-février-mars et avril. Le reste du temps était consacré au montage. D’ailleurs merci à mon amie Angélique (réalisatrice des Indésirables (x-fly films.com)) qui m’a beaucoup apprit côté montage. J’ai tout fait de A à Z. Dix mois de long travail. Mais c’était tellement amusant à faire. Une semaine avant, sur toutes les télévisions du collège, est diffusée la bande annonce de mon film. Et durant cette semaine j’ai affiché des affiches que j’ai confectionnées. Arrive enfin le 12 mai 2008. Un an, presque jour pour jour après la présentation des Indésirables. J’accueille les gens dans le hall d’entrée du cégep avec une nervosité palpable. Vers 19h, nous entrons dans la salle de l’auditorium. Un écran blanc accueille les gens. J’offre aux spectateurs, un programme pour la soirée. Dans ce programme, les cinéphiles apprennent que j’ai divulgué très peu d’informations, de détails sur le film. Même les acteurs ne pourraient en faire le résumé, puisqu’ils n’ont vu que la partie du scénario qui les concernait. Je voulais garder un certain mystère, une magie, comme le cinéma savait si bien le faire durant l’âge d’or du 7e art.

programme de la soirée

affiche du film

Les lumières se tamisent. Les gens cessent de parler. Je m’asseoie dans les premières rangées avec Alexandre, à l’écart des autres spectateurs. Le stress est là. Les gens vont-ils apprécier mon travail? Je suis détrempé. Je fonds comme une glace au soleil de midi. Le prélude étrange commence avec un parfum de drame. Les gens ne comprennent pas. Ils pensaient venir voir une comédie. Puis le générique se pointe et éclaire l’assistance avec l’entrainante musique de Raymond Lefèvre du Gendarme se marie, de 1968 avec Louis de Funès. Dans le plus pur style des films des années 60-70, ce générique m’a prit une semaine à réaliser. Vous verrez bientôt de quoi je parle. Dès les premières notes de musique, les rires se font entendre.

Plusieurs fois durant le film , je me retournais pour pouvoir garder en mémoire cette belle image. Celle de mes amis, de ma familles, de mes profs etc. tous des personnes qui ne se connaissent pas nécessairement, mais qui étaient réunis, le sourire au lèvres les yeux rivés sur dix mois de travail. Ils réagissaient aux bonnes places et j’étais heureux callé dans mon fauteuil. Je me suis rendu compte qu’il était extrêmement difficile de faire rire intelligemment. Même lorsque dans une scène, je chante une chanson yéyé, le public s’est levé pour m’applaudir. J’étais dans une autre dimension, presqu’irréelle. À la fin, ovation debout. Je e suis levé et j’ai été saluer les spectateurs à l’avant pendant que le générique de fin roulait sur l’air du Temps des vacances de Pierre Lalonde. C’est à ce moment précis que je me suis dit: C’est ça! C’est ça que je veux faire dans la vie! C’est ça la magie du 7e art.

“Je ne m’attendais vraiment pas à un vrai film. Je pensais que c’était un court-métrage de vingt minutes! Extraordinaire!”

“Il nous étonne de plus en plus, d’une fois à l’autre!”

“T’es fou Luca, malaaade!”

“Il y a dans ce film des petits bijoux!”

“Où vas-tu chercher tout ça?”

“Il a fait tout ça avec une seule petite caméra. Je suis étonnée de voir le nombre de plans qu’il y a dans ce film!”

“J’en veux une copie dvd!”

Voilà quelques citations de ce qu’on m’a dit à la sortie du film. C’était plutôt encourageant. On m’en parle encore aujourd’hui. Ça restera un des beaux moments de ma vie. “Le début d’une longue carrière cinématographique!” m’a-t-on dit et je vais tout faire pour que ce soit vrai!

UN BEL SOGNO…Un beau rêve (2008)

durée:1h27

écrit, réalisé et monté par Luca Jalbert

avec

Luca Jalbert

Catherine Couillard

Alexandre Bougie

Jérôme Asselin

Jean Boissonneault

Samuel Carrier

Dominic Couture

Sarah Gauvin

Alexandra Kiepprien

Roxanne-Lavoie-Côté

Pascale Robinson

Jacynthe Sauvageau

avec la participation spéciale de:

Maria-Luisa Brogi

Arnaud Dufour

Étienne Dufour

Alex Faucher

Dany Jalbert

Rino Jalbert

Elizabeth Laforest-Jean

Vanessa Senechal

Myriam St-Pierre

BANDE ANNONCE

LE FILM………………………………………………………………………………………

PREMIÈRE PARTIE

DEUXIÈME PARTIE

TROISIÈME PARTIE

QUATRIÈME PARTIE

CINQUIÈME PARTIE

SIXIÈME PARTIE

SEPTIÈME PARTIE

HUITIÈME PARTIE

NEUVIÈME ET DERNIÈRE PARTIE

Fin de mon plus gros projet scolaire. Vous avez découvert le fruit de 10 mois de travail. Nous nous sommes bien amusé et je crois que cela transparait à travers le film. En espérant que vous avez eu autant de plaisir à le visionner que nous en avons eu à le faire!

COMMENTAIRES DE QUELQUES INTERNAUTES À PROPOS DU FILM

  • Je viens de voir la dernière partie… un film magnifique qui se termine par un grand feux d’artifice éblouissant.
    Je vous dis bravo et merci beaucoup pour ces moments passés a rire en regardant votre film. C’est du grand art! C’est fascinant…
    JÉRÉMY (France)
  • UN BEL SOGNO :
    J’ai adoré !!! Il y a beaucoup d’imagination, et on rit !!! Que d’activités, que de créations !!! Dis donc Luca , tu ne te reposes donc jamais ??
    CHRISTIAN (France)
  • haha!! C’est bon! Continue comme ça et tu vas être une star!! VICKY (Québec)
  • Salut Luca! Je tenais simplement à te dire que j’admire ton travail et ta persévérance comme quoi tout peut arriver si on y croit assez et que l’on met les efforts nécessaire! J’ai encore l’article de journal : “Une première BD pour Luca”, je suis tellement contente de l’avoir garder. En tout cas, continue à avancer, tu vas faire ton chemin, je m’inquiète pas pour toi! SUZIE (Québec)
  • Bravo pour toutes tes réussites ! Continue c’est avec des gens comme toi qu’on se rend compte qu’avec des efforts on arrive a ce qu’on rêve le plus ! MARIE-ESTHER (Québec)
  • Luca tu es quelqu’un qui sait atteindre ce qu’il veut!! Continue comme ça!!! JACYNTHE (Québec)

MERCI INFINIMENT POUR TOUS CES BEAUX COMMENTAIRES QUI M’INSPIRENT ET QUI M’ENCOURAGENT À CONTINUER!
lucajalbert.com...vidéo
LES PUBS GIRASOLE #1…lucajalbert.com

Le personnage principal de mon film Un Bel Sogno, que j’ai eu du plaisir à jouer, revient le temps d’une publicité pour le site! Les pubs Girasole #1 Amusez-vous bien!

lucajalbert.com...vidéo

LES PUBS GIRASOLE #2…L’EXPOSITION

Le personnage principal de mon film Un Bel Sogno, que j’ai eu du plaisir à jouer, revient encore une fois le temps d’un nouvel épisode de Les pubs Girasole #2 pour vous parler de l’exposition !

lucajalbert.com...vidéo

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION LE 28 MARS VIDÉO-INVITATION

\

INVITÉ (2010) court-métrage

lucajalbert.com...vidéo WEB-SÉRIE

Saga SCRAM web-série

Scram

Saga parodico-dramatique, SCRAM est inspirée de la saga Scream de Wes Craven ainsi que des classiques des films d’horreur. Après un beau succès, avec le 1er volet, auprès des spectateurs à l’occasion de la fête d’Halloween 2010, et face à une certaine demande, je récidive et lance ainsi une première web-série.

Suivez les mésaventures rocambolesques de Luca Jalbert, bédéiste poursuivit par un tueur en série, admirateur incontesté du jeune dessinateur.

1er VOLET

Scram

SCRAM (2010)

Voici, pour Halloween, un court-métrage parodique inspiré de la saga “Scream” de Wes Craven. Quand un tueur en série te poursuit, prends tes jambes à ton coup et SCRAM! Joyeuse Halloween ! Jusqu’à maintenant, ce court-métrage semble être un petit succès!

COMMENTAIRES:

Ahaha, du mium-mium pour les yeux et les oreilles! Bravissimo! MARC-OLIVIER

J’aime ça ! Bravo ! GABRIEL

Hahaha! Bravo Luca ! P.S. : Merci d’avoir utilisé “impression de réalité”. NATHAËL

Ton talent est resté aussi aiguisé que dans mes souvenirs! Superbe court métrage, Bravo! DOMINIC

Tout le monde est encore une fois unanime : tes films sont de plus en plus achevés, amusants, bien euh… tournés! JACQUES

Merveilleux, t’es pro !! MATHIEU

Wow! Bravo Luca! Génial! MARC-ANDRÉ

Wowwwww good job 🙂 bravo!!!!!! MARIE-KIM

Encore une vidéo remarquable et une idée excellente ! Magnifique ! j’adore ! JÉRÉMY

Hi hihihi…. c’est super bon! Tu es génial comme toujours! Joyeuse Halloween! CHARLOTTE

Haha, j’ai adoré le : « yyyyyy Shit ! » du début NATHAN

Ohh très bon Luca!!! !!!! CATHERINE

Hahahaha! J’AIME x 1000!!!!!!!!!!!!!!!!!! 🙂 On reconnait 2 films d’horreur qui t’ont marqués n’est-ce pas?! Tu fais tout ca tout seul en plus!! En tout cas, jai été bien impressionnée de voir ca sérieusement :o) Tu métonnes chaque fois, t’as vraiment du talent Loulou! ÉLÉNA

—————————————————————

2e VOLET

Scram 2

Voici le deuxième volet de la saga parodico-dramatique SCRAM inspirée de la saga Scream de Wes Craven ainsi que des classiques des films d’horreur.

IDÉE ORIGINALE, RÉALISATION ET MONTAGE: Luca Jalbert

avec

Luca Jalbert et Alexandre Bougie

DURÉE: 13 min. 45

3e VOLET

scram

SCRAM 3

3e volet de la web-série et saga SCRAM!

4e VOLET

SCR4M (SCRAM 4)

5ième VOLET

5CRAM (SCRAM 5)

6IÈME VOLET

SCRAM 6

7e VOLET

SCRAM 7

Post a Comment